La boîte avec les clés sur le navire noir (Carignan 2017)

Cette deuxième boîte à énigmes a été fabriquée pour la mini chasse au trésor qui s’est déroulée à Carignan en 2017, à l’occasion de la Chouette Fête annuelle.

Le principe était de rédiger un message secret en utilisant des symboles « pas faciles à se représenter mentalement », de façon à ce que dans une équipe, personne ne puisse dire « carré rouge, triangle bleu, cercle jaune… » à une autre personne qui décoderait au fur et à mesure au moyen d’une grille.

C’est pour cette raison que j’ai utilisé des clés anciennes « tarabiscotées », toutes différentes mais avec des ressemblances pour que l’on arrive difficilement à les distinguer. Les clés « presque semblables » ont été utilisées pour coder les lettres les plus courantes (E, S, A, I…). Les autres clés (trop identifiables) ont servi à coder les X, J, Y, Z ou K. J’avais prévu de coder le E avec plusieurs clés différentes, mais cela aurait compliqué inutilement l’utilisation de la « machine de décodage » destinée à un usage ludique.


Le message secret

 

Ce message a été créé en disposant des images de clés (prises en photo auparavant et copiées-collées dans un logiciel de dessin) pour composer une phrase permettant d’accéder à l’énigme suivante.  Le message composé était : DE MERCURE A VENUS. Pour le comprendre, il fallait être dans le contexte des autres énigmes de cette mini chasse au trésor.

L’image a été imprimée en une trentaine d’exemplaires en format 10 x 15 cm sur une borne d’impression de photos.


Où trouver les clés ?

Mais comment se procurer toutes ces clés utilisées dans le message et sur la machine à décoder ? Réponse : Chez AliExpress (boutiques chinoises). En tapant le mot-clé « old bronze keys », on affiche des dizaines d’annonces qui proposent parfois 70 clés pour moins de 5 euros. Il existe plusieurs lots différents composés de clés en partie différentes. Ces clés sont des moulages en métal léger (pas en bronze) destinées à créer des colliers (donc, avec un petit anneau en haut). Elles sont plates (comme coupées en 2 par la tranche), sauf les plus petites. Dans la chasse au trésor, il faut éviter d’utiliser les clés trop typées (exemple: grande clé avec deux ailes ou avec une tête d’hippocampe). Les trop petites clés ne pourront pas être utilisées non plus (peu visibles à 1 mètre, et trop faciles à repérer).


Pourquoi un bateau noir ?

Dans les énigmes qui composent la chasse au trésor de la Chouette d’or, on obtient le message suivant en déchiffrant l’énigme 600 : LA CLE SE CACHE SUR UN NAVIRE NOIR PERCHE. La présentation de la boîte de décodage est donc un clin d’oeil aux chercheurs de Chouette qui se sont retrouvés pour leur fête annuelle à Carignan. Le navire noir est découpé dans du « carton plume » noir, et collé sur un faux parchemin, lui-même collé sur un support en carton plume. La silhouette du navire est inspirée des icônes trouvées avec Google Images. Les dimensions du carton plume utilisé sont de 50 cm x 65 cm.


Comment fabriquer un papier parchemin ?

Le parchemin a été fabriqué avec du papier à dessin (Canson) trempé dans un mélange de thé et d’huile (et même d’Antésite !), puis découpé irrégulièrement.A la fin, on peut passer un briquet sur les bords du parchemin encore humide pour leur donner un aspect irrégulier.

On trouve sur internet de nombreuses recettes pour fabriquer un (faux) parchemin.
Recherche Google : fabriquer un parchemin.

Si vous cherchez juste à imprimer un texte « en lettres gothiques » sur un papier ressemblant à un parchemin pour une chasse au trésor, vous pouvez aller sur ce site : Créer mon parchemin.

Recherche Google Images avec « parchment paper background free ».

Enfin, si vous voulez des feuilles toutes faites en format A6, A5, A4, A3 ou A2, il existe des sites marchands comme celui-ci : hieroglyphes.fr


La machine de décodage

Cette machine est composée d’un clavier de 25 touches et d’un panneau affichant 25 clés différentes. Une clé s’illuminera si on la sélectionne en appuyant sur une touche du clavier.

Pourquoi 25 touches ? Pour que la boîte soit plus facile à fabriquer en perçant 5 rangées de 5 trous. Ce clavier étant destiné à un usage occasionnel, j’ai placé les lettres dans l’ordre alphabétique.

Même les véritables machines à chiffrer ne codent souvent que 25 lettres, le W (rare en français) étant codé VV, le signe W servant à coder les espaces entre les mots.

Le clavier a été fabriqué avec une boîte en bois carrée dont le couvercle a été retourné et décoré de clous dorés tout autour.

Les touches sont composées d’un support de cabochon rond (AliExpress) peint en noir, au fond duquel est placée une lettre dorée genre Letraset. Une lentille en verre est collée par-dessus. La difficulté réside dans le choix de la colle et de son application pour éviter la formation de bulles sous le verre. Une bonne colle ne jaunit pas sous l’action de la lumière. Chaque cabochon est collé sur la touche (plate sur le dessus) d’un bouton poussoir robuste.

La boîte est décorée sur les côtés avec du papier étoilé et des cabochons (en forme de chouette) ornés de pierres fines ovales ou de papier représentant des motifs « psychédéliques ». Le verrou décoratif a été acheté chez AliExpress.

Il aurait été possible d’utiliser plusieurs clés différentes pour coder le E, le S et le A (lettres les plus courantes en français), mais cela aurait compliqué le câblage. Il aurait aussi été possible de placer les touches du clavier dans un ordre aléatoire, et pas ABCDE… Nous sommes dans une chasse au trésor amusante, pas dans un jeu cauchemardesque inventé par un premier de la classe frustré pour embêter ses copains.

J’avais aussi prévu un bruitage pour accompagner l’appui sur les touches. On trouve des sons de « clics » sur internet (machine à écrire ou armement de mécanismes). J’aurais pu placer un relais en série avec l’alimentation de LED (en annulant l’effet de clignotement avec une diode et un condensateur) plutôt que d’inventer une immense « porte OU » connectée à chaque touche. Ce relais aurait lancé un module sonore. Et tout ça pour entendre « clic » ?


Câblage

25 clés sont affichées sur la voile du navire noir dans un ordre aléatoire, chacune correspondant à une lettre du clavier. Il aurait été possible de « multiplexer » et de « démultiplexer » le codage pour n’utiliser que 5 fils de connexion entre le clavier et le navire (la masse + 5 fils pour 2^5 combinaisons), voire même 2 fils en envoyant un code en série. Mais là encore, il s’agit d’une machine unique et ludique, pas d’un prototype industriel supervisé par un prof de technologie qui veut occuper ses élèves pendant un mois en leur imposant un exercice d’application de son cours. Pour relier les deux blocs, j’ai choisi du câble en nappe d’un mètre environ, avec une trentaine de fils (un par touche) connectés à une prise DB25 (robuste) du côté clavier pour faciliter le démontage lors du transport. Il est inutile d’utiliser un fil commun (masse) plus gros que les autres, car une seule LED sera allumée à la fois. De même, une seule résistance de limitation de courant (et pas 25) peut être utilisée. Il est judicieux de faire clignoter les LED pour améliorer le contraste. La couleur orange clignotant à une fréquence de 2 Hz semble un bon choix. J’ai fabriqué un « clignoteur » placé en série (oui !) avec le fil commun. Ce clignoteur est un simple multivibrateur avec deux résistances de charge différentes, c’est tout ! Pas besoin d’Arduino, et tout est facile à dépanner en cas de problème. L’alimentation se fait avec une batterie de recharge de smartphone (5 volts, prise USB) connectée avec un câble fabriqué à partir d’un cordon Apple tombé en panne. La partie « prise USB » est toujours en bon état dans ces cas-là. La boîte ne consomme rien tant que l’on n’appuie pas sur une touche. Il n’est donc pas utile d’ajouter un interrupteur marche-arrêt, il suffit de débrancher la prise DB25 derrière le clavier pour tout couper. La prise est de type femelle sur le clavier pour éviter les courts-circuits accidentels :o)


Installation dans la salle du corps de garde

La machine à déchiffrer a été installé dans la salle du corps de garde à Carignan. Cette salle rénovée est utilisée pour accueillir le fonds documentaire historique et pour présenter des expositions. On a pu installer une table devant la cheminée, le clavier étant posé sur la table et le navire placé sur un chevalet… Hélas, je n’ai pris aucune photo dans la salle vide. Voici la seule photo où l’on aperçoit le navire sous la cheminée.


Vidéo de test du prototype

Quand on appuie sur une touche, la clé correspondant à cette lettre clignote (LED orange). On est donc obligé de procéder par des essais successifs pour trouver la correspondance de chaque clé figurant dans le message distribué aux participants. C’est le but de ce système : faire perdre du temps en décodant, en obligeant à tester chaque lettre et en utilisant des clés presque semblables et très difficiles à décrire mentalement.

On voit bien que les clés correspondant aux lettres sont disposées de façon aléatoire (le clavier carré, lui est de type ABCDE FGHIJ KLMNO PQRST UVXYZ.