Le trésor d’Orval

La clé permettant d’ouvrir le coffre qui contenait le globe terrestre en or a été trouvée par le chercheur Météor le jeudi 27 août 1998. Le globe d’une valeur annoncée de 1,5 millions de francs était visible avant cette date au sous-sol du magasin Puiforcat (groupe Hermès) situé 2 rue Matignon, au bas des Champs-Elysées.

J’ai remis cette page en ligne car de nombreux liens provenant d’autres sites aboutissaient à une erreur 404.


Le livre.

 

Le livre d’énigmes « Le Trésor d’Orval », écrit par Max Valentin, a été publié chez Michel Lafon début 1997 et s’est vendu à 20.000 exemplaires. La valeur du trésor (un globe en or réalisé par la maison Puiforcat) était estimée à 1.500.000 F en 1997. Le livre de 87 pages (vendu 100 F) contient un long récit, quelques illustrations en noir et blanc, et une grande photographie en couleurs très détaillée montrant un grenier rempli d’objets divers. Le code ISBN du livre est 2-8409-8246-3.

On peut lire ce livre en ligne sur le site de Patrice.

 


La découverte

 

Après avoir déchiffré l’ultime message permettant de trouver l’emplacement de la cache, Météor a foncé le 27 août au matin vers la forêt domaniale de Saint-Gobain (dans l’Aisne), aux Roches de l’Ermitage. Je l’accompagnais et j’ai pris ces quelques photos (faible définition, 640×480 pixels à l’époque).

 

L’énigme finale (cryptée) donnait la phrase suivante : « PRENDS LE CHEMIN DE L’EAU. CHERCHE LES GRILLES. DESCENDS ET CREUSE SOUS LA SECONDE NICHE A DROITE ». Voici les photos qui permettront de comprendre les dernières étapes sur le terrain.

 

Une exploration rapide du terrain a permis à Météor de repérer quelques indices pour situer précisément la cache. Et vers 9h00, il a sorti la pelle pour déterrer le coffret contenant la petite clé en or.

 

 

 

 

 

Météor a creusé dans la seconde niche à droite, comme le suggérait la phrase finale.

 

 

 

 

 

 

La boîte étanche contenant le coffret en bois était bien protégée de l’humidité par de multiples emballages en plastique. L’ensemble était quasiment dans l’état où Max l’avait enterré 17 mois auparavant.

 

 

 

 

 

 

Le coffret renfermait la clé en or et la lettre de félicitations de Pierre d’Orval (on reconnaissait l’écriture de Max Valentin sur l’enveloppe scellée : « Pour Joachim »).

 

 

 

 

 

Comparaison entre l’enveloppe originale et la photo du livre.

 

 

 

 

 

Météor et son épouse prennent connaissance du contenu de l’enveloppe et du coffret.

 

 

 

 

 

 


La remise du prix

 

Samedi 21 novembre 1998, le président de Puiforcat a remis le globe terrestre en or, lapis-lazuli et aventurine à Météor.

Météor avait déterré la clé le 27 août 1998, après avoir résolu toutes les énigmes du livre « Le Trésor d’Orval ».

 

 

Cette clé en or permet d’ouvrir le coffre en verre abritant le globe d’une valeur de 1,5 millions de F.

Cet objet d’art été créé par les orfèvres de Puiforcat spécialement pour la chasse au trésor de Max Valentin.

 

 

 

 

 

Fin 1998, Météor avait décidé que le globe resterait exposé chez Puiforcat.

Tous ceux qui le souhaitaient pouvaient donc venir l’admirer…

 

 

J’ai eu l’occasion de voir de près la clé qui ouvre le coffret contenant le globe. Cette clé est en or massif. Elle mesure 62 mm de long et pèse environ 32,5 grammes.

 

 

Le globe a été fabriqué spécialement par Puiforcat pour la chasse au trésor de Max Valentin. Un diamant indique l’emplacement de Paris sur le globe en or. Le socle est en lapis lazuli.

Il a été exposé pendant toute la durée du jeu (et même plus tard) dans les locaux de Puiforcat, au bas des Champs-Elysées à Paris.

Voir les remarques ci-dessous à propos des dimensions données par la maison Piasa pour la vente aux enchères.

 

 

 

 


Le livre des solutions

Le livre des solutions d’Orval a été publié le 6 mars 1999. Ce livret d’une cinquantaine de pages est au format 15×21 cm. La photo de Météor en train de creuser dans la grotte figure en couverture. Le récit de la découverte et le portrait de Météor sont exposés dans les dix premières pages. Les solutions en elles-mêmes sont exposées en détails dans le reste du livre. Max parle aussi des nombreuses fausses pistes (fermées ou ouvertes), de la façon dont il les a conçues et des réactions des chercheurs devant ces fausses pistes… On peut télécharger le livre des solutions sur le site de Patrice.

 


La vente du globe d’Orval en 2006

Le globe d’Orval a été vendu aux enchères le 5 décembre 2006 à Paris.

Voici la description du globe mis en vente sur le site web de la maison Piasa. On remarque une erreur évidente : le globe ne peut pas avoir un diamètre de 62 cm. En mesurant les proportions sur la photo, on en déduit que la circonférence est de 62 cm, donc que le diamètre est d’environ 19,5 cm. Et cela devient cohérent avec une hauteur totale de 30 cm.

Autre incohérence : Piasa annonce 2,6 kg d’or. Mais fin 2006, le cours de l’or était à 15.400 euros/kg. 2,6 kg d’or valaient donc environ 40.000 euros. Et le globe, estimé entre 15.000 et 20.000 euros, a été adjugé à 30.000 euros.