Les madits de la Chouette d’or

Sur l’ancienne page du site ilotresor consacrée aux « madits », je proposais quelques synthèses personnelles. Mais à l’époque, les moteurs de recherche élaborés n’existaient pas, et mes synthèses artisanales étaient donc trop limitées. Je ne les remets pas en ligne pour cette raison.

Qu’est-ce que les « madits » ?

Un « madit » est l’abréviation de « Max a dit ». Max a répondu publiquement aux questions des chercheurs sur le Minitel 3615 MAXVAL entre 1995 et 2001, mais il a fait en sorte que ces questions ne tournent pas aux « devinettes », pour ne pas fausser le jeu (Réponse de Max à la question n°46 du 8 février 2000 : « SI VOUS OBTENEZ DES REPONSES EVASIVES, C’EST JUSTEMENT PARCE QUE LES QUESTIONS SONT trop PRECISES ! JE NE PEUX PAS FAUSSER LE JEU EN FOURNISSANT DES REPONSES A TOUT. SINON, IL SUFFIRAIT DE ME DEMANDER : « OU EST LA CHOUETTE ? »). Max a aussi répondu dans les boîtes aux lettres (BAL) privées des chercheurs qui ne désiraient pas que leurs pistes soient dévoilées en public. Ces réponses privées ne font pas partie des madits.

Où trouver les madits ?

Au tout début, on pouvait recopier le texte du Minitel en utilisant un émulateur vidéotex sur Mac ou PC. Fin janvier 2002, les chercheurs ont pu récupérer les fichiers compilés par le chercheur Velo provenant du 3615 MAXVAL qui avait fermé. Chacun composait alors des documents (Word ou txt) à la main en copiant-collant les extraits sélectionnés dans les fichiers.
Les madits sont maintenant regroupés dans un (ou plusieurs fichiers) contenant plus de 38.000 questions-réponses publiques provenant du 3615 MAXVAL. Les fichiers des madits sont disponibles gratuitement sur le site de la Chouette https://www.lachouette.net (menu Archives Q/R publiques) après avoir créé un compte. Le gros fichier dézippé fournit plus de 700 petits fichiers de 50 Q/R chacun, nommés selon les dates de publication (de 1995 à 2001). Certains chercheurs ont créé un seul fichier (de plus de 15 Mo) regroupant tous les madits.

Comment exploiter les madits ?

On peut ouvrir le gros fichier contenant tous les madits dans un éditeur de texte et utiliser la fonction « recherche » (Pomme F sur un Mac). Attention, les madits sont « bruts de fonderie », tels qu’ils ont été rédigés sur le Minitel. Certains mots sont parfois coupés par des tirets ou des espaces. Il faut aussi tenir compte des fautes de frappe et des fautes d’orthographe. Sur MAXVAL, il ne fallait pas taper de caractères minuscules accentués, sous peine de créer des bugs ou d’afficher des choses bizarres (Ae pour è, Be pour é, Ce pour ê, Aa pour à, etc.). Essayez d’être subtil en cherchant avec des mots-clés si vous voulez obtenir des infos pertinentes. Tapez juste la partie caractéristique d’un mot pour être sûr d’obtenir tous les résultats, même si ce mot a été coupé ou mal orthographié (ex : « constr » à la place de construction, ou « bouss » à la place de boussole).

Entre 1995 et 2001, Max ne disposait pas d’une base de données pour vérifier toutes ses réponses. Et de plus, il répondait « au premier degré » directement à la question qu’il lisait. Or, certains posaient des questions ambiguës, Max pouvait aussi interpréter des mots hors du contexte imaginé par celui qui posait la question. Et enfin, certains gros malins (enfin, bon, j’en ai connu un, peu recommandable) voulaient « avoir Max à l’usure » et le harcelaient de questions à 3 heures du matin quand ils savaient que Max était « en direct » depuis plusieurs heures.

Max avait rédigé sur un papier une liste (plus ou moins secrète) d’une soixantaine de « sujets tabous » qu’il a restreinte petit à petit. Il est donc possible que des réponses faites en 2001 révèlent des détails qui étaient des sujets tabous en 1995. Les derniers sujets tabous incluaient la lumière, la mesure, les reliquats, la spirale (à tracer ou à trouver), les sentinelles, la supersolution. Citation de Max sur les sujets tabous (Question n°27 du 19 novembre 1999) : « CE SONT DES SUJETS « SENSIBLES » (POUR MOI !) CAR ILS NE PERMETTENT PAS DE DONNER UNE REPONSE SANS DONNER EN MEME TEMPS UNE INDICATION SUPPLEMENTAIRE, ET DE FAUSSER AINSI LE JEU ».

Rarement, Max faisait involontairement une réponse erronée. Mais lorsqu’il s’en apercevait, il rectifiait en essayant d’être le plus clair possible. Il ne faut donc pas se contenter d’un seul madit (parfois surprenant) pour l’utiliser comme un dogme, il faut chercher si par la suite, il a été confirmé par des réponses identiques dans le même contexte.

Où trouver un « moteur de madits » gratuit, simple à utiliser tout en étant perfectionné ?

Ici : Le moteur de madits sur le site de Pur Esprit

Sur ce moteur de madits, les recherche « simples » sont possible (par mots-clés, dans les dates, les titres, les questions et les réponses), mais les experts pourront utiliser des requêtes SQL ou des requêtes filtrées FAKIR. On peut aussi chercher rapidement des madits présélectionnés thématiques (numéros d’énigmes, sentinelles, flèche, épée, nef, spirale, ouverture, reliquats, zone, etc.). Le moteur est si bien étudié qu’il est possible d’un simple clic d’afficher les 50 madits précédents et suivants pour « étudier le contexte », car parfois les questions sont en plusieurs parties, ou rebondissent sur des questions proches.

Je conseille de « purger » les madits récupérés, en enlevant les formules de politesse, les blagues, les fautes de frappe… pour ne garder que l’essentiel, avec uniquement les mots importants sans dénaturer le sens de la phrase. Il est important aussi de garder la date et le numéro du madit pour le retrouver facilement en cas de doute ou de contestation dans une discussion avec des chercheurs.

Synthèses de madits

Plusieurs chercheurs ont proposé des sélections de madits sur leurs sites, mais ces sélections sont parfois anciennes et « personnelles » (donc subjectives). Il est toujours souhaitable de s’informer à la source.

Source d’infos sur les madits (et sur les synthèses de madits des chercheurs) : le Wiki Chouette de Piblo

Sur le forum lachouette.net, on peut aussi chercher les « posts » thématiques identifiés par des icônes spéciales (numéro d’énigme, mot-clé) pour prendre connaissance des madits cités par les intervenants. En piochant parmi les messages, on peut découvrir des pistes à approfondir ou de nouvelles idées (pas forcément bonnes, mais plus on lit de choses, plus on apprend à sélectionner).